Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un nouveau blog local ?

Oui, parce que celui-ci a pour unique objectif de permettre un échange d'idées sans aucune autre  censure que le respect d'autrui et des règles de bienséances.

J'ai mes idées, vous avez les votres, ce sont peut être les mêmes, elles sont peut être diférentes.
Mais qu'importe, l'essentiel n'est-il pas de pouvoir les échanger ?

Alors... trempez vos plumes, même dans l'acide  !! ;-)

Recherche

29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 10:32

Voilà des semaines que l'on assiste, impuissants, à une joute à fleurets mouchetés entre deux prétendants qui rêvent d'être calife à la place du calife. A priori il est sain que l’on puisse choisir celui ou celle qui saura le mieux représenter un courant de pensée puissant, majoritaire dans l’esprit des français quand bien même il est (provisoirement) minoritaire dans les urnes.

Pendant ce temps, nous assistons, tout aussi impuissants, à la démolition programmée de notre pays et de nos valeurs par une équipe qui hésite encore entre l’héritage du XIX° siècle et celui du XX°

Tout ce qui a été entrepris au cours du dernier quinquennat, parfois avec maladresse, est en train d’être systématiquement démonté, quitte à engager le pays sur un chemin radicalement contraire à ses intérêts, mais il est vrai que poursuivre les réformes  engagées par le précédent gouvernement reviendrait à tirer à balles réelles dans l’électorat qui a conduit l’actuelle majorité aux affaires. Combien de temps cela va-t-il durer avant que les dégâts soient irréversibles ?  C’est la question à laquelle l’opposition du moment devrait être en mesure de répondre.

Seulement voilà, fidèle à ses vieux démons, elle s’en révèle incapable, occupée qu’elle est à gérer des problèmes d’egos surdimensionnés.

Pour commencer en fixant des règles dont l’unique objectif aura été de réduire au silence toutes celles et ceux qui avaient quelque idée à proposer, ne laissant comme choix que les deux plus puissants.

La conséquence la plus évidente aura été la création d’un nouveau parti, officiellement partenaire, je laisse au temps le soin  de montrer qu’il en est probablement tout autre. Je me suis amusé, tristement, à entendre les plaintes, reproches et autres menaces lancées à une ancienne ministre après sa décision de quitter une barque en pleine tourmente.

Il eut été préférable de se féliciter que l’hémorragie ne soit pas plus importante. Toutefois cela ne nous renseigne pas sur  la part de l’électorat qui aura suivi ce mouvement, il est très probablement plus important que ce que l’on veut bien nous laisser croire.

 

Il en résulte une situation navrante avec d’un côté des apprentis casseurs qui obèrent les chances de redressement du pays tandis que de l’autre on a déjà perdu six mois à exposer des combats de coqs au lieu de proposer des réponses alternatives crédibles.

 

Alors j’ai fait un rêve : si au lieu de ce spectacle insipide nos deux compétiteurs remisaient leurs problèmes d’ego et nous proposaient un, que dis-je, LE ticket gagnant ? Tant il parait évident la place que chacun devrait occuper, les plus mal-voyants auront eu la réponse lors du débat télévisé de la semaine dernière : bien assemblés, les deux compères bénéficieraient d’une puissance de feu considérable, parfaitement crédible pour faire réfléchir les bricoleurs  qui tiennent les manettes. Cela nous aurait probablement épargné les propos haineux et parfaitement scandaleux tenus ce week-end par le nouveau premier secrétaire du parti majoritaire.

Mais ce n’était qu’un rêve…

Partager cet article

Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 11:41

Comme beaucoup de Français qui en ont eu la possibilité, j’ai suivi ce matin la cérémonie de passation de pouvoirs.

Je ne ferai aucun de ces petits commentaires qui révèlent une appartenance exacerbée à un camp ou à l’autre. C’est futile, c’est inutilement négatif.

François Hollande est élu, c’est un fait, point barre.

Par contre, j’ai été beaucoup plus réservé et au bout du compte beaucoup plus critique à l’écoute de son discours.

Parce que j’ai eu l’impression assez nette que François Hollande n’était pas le président de la République mais se comportait comme un boxeur frappant son adversaire à terre, bref un candidat qui soldait ses comptes de campagne. Et cela ne présage rien de bon, cela me rappelle 1981 et l’ « épuration » qui a suivi l’élection de l’autre François.

Fallait-il que je ne sois pas le seul à avoir ressenti cette situation pour que JM Apathie, dont on devine les penchants, s’en fasse l’écho micro ouvert.

 

Je pressentais que l’état de grâce n’était pas au rendez-vous, nous venons d’en avoir une démonstration grandeur nature.

Cela dit, je n’approuve absolument pas les sifflets qui ont accueilli le nouveau président, quand bien même son prédécesseur avait à en subir eu plus souvent qu’à son tour.

La démocratie s'honore de respecter la fonction quelle que soit l'estime que l'on porte à l'homme, j'ose croire que les battus d'aujourd'hui ne se comporteront plus comme l'ont fait les opposants d'hier.

 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 09:55

Je n'irais pas jusqu'à dire que je suis content, loin de là.


J'ai toujours cru (et je confirme) dans les capacités de gouvernance de N. Sarkozy de son équipe, je regrette bien évidemment l'issue de ce scrutin Et mon premier propos sera pour remercier Nicolas Sarkozy pour tout ce qu'il aura apporté au pays durant ces cinq dernières années, je ne doute nullement que les historiens sauront lui rendre justice de son vrai bilan.

Reste que la victoire de F. Hollande est le résultat d'une expression démocratique, et c'est un fait incontournable. Il faut accepter le verdict, il faut également, pour qui aime son pays avant untel ou untel, ne pas entraver injustement l'action de la nouvelle équipe.


Ce qui ne veut pas dire tout accepter et baisser les bras, bien au contraire. Le quinquennat qui vient de s'achever est riche d'enseignements :


Premier enseignement : pour moderniser le pays il est indispensable d'en bousculer les codes. Mais pas trop !
C'est peut être là la seule véritable erreur de Nicolas Sarkozy que d'avoir cru en la modernité des mentalités, dans un pays qui, au delà des mots se révèle extraordinairement conservateur. Le vote du 6 mai a été le refus d'un homme et pas de sa politique, dans le cas contraire, le score du nouveau président aurait été nettement plus important, il se résume dans la position de F. Bayrou ou de sa groupie locale.

Second enseignement : les français vivent très bien la collusion gauche /extrême gauche, mais pas droite/extrême droite. Il y a une logique derrière ce paradoxe : l'extrême gauche est une composante "naturelle" du paysage politique nationale tandis que l'extrême droite est l'expression du diable. Peut-on pactiser avec le diable ? Voilà des années que, au fil des blogs et autres espaces d'expression individuelle, je prétends que la meilleure façon de combattre le FN est de le faire entrer de plain pied dans notre espace politique afin de le combattre sur ses idées et non sur son statut Vouloir refaire le coup de siphonage de 2007 était hasardeux périlleux même, car les leaders n'étaient plus les mêmes, l'effet de surprise n'était plus au rendez-vous et un bilan s'était invité dans le débat. Il est regrettable que l'éminence grise de l'Elysée, chargée de cette question ait minimisé ces données au point d'obliger le candidat à un grand écart impossible à tenir.


Troisième enseignement : Le travail de sape fait, jour après jour, brique après brique, a réussi à dégrader l'image du président jusqu'à faire ce ce scrutin un vote pour ou contre un homme ; j'ai été impressionné par le nombre de personnes qui ont dit vouloir écarter le président pour des raisons parfaitement subjectives, quitte à précipiter le pays dans l'inconnu.
Je profite du propos pour remercier les imbéciles (je me force à rester poli) qui ont tiré dans leur camp en se déclarant faussement "déçus du sarkozysme", sans se rendre compte qu'ils devenaient les alliés objectifs de ceux qu'ils prétendaient combattre.


Quatrième enseignement : les français ont été suffisamment déstabilisés pour accepter l'idée de remettre les clef de la boutique à un amateur. Que l'on ne voit dans ce mot aucune connotation péjorative, mais en dehors d'un mandat de gestion local, le nouveau président n'a, stricto sensu, aucune pratique ni expérience de gouvernement. Ce qui ne veut pas dire qu'il échouera.

Il est clair que je ne me retrouve pas dans les valeurs gouvernementales de la nouvelle équipe, d'abord et en premier lieu parce qu'il m'est insupportable d'envisager devoir partager ne serait-ce qu'une parcelle de souveraineté nationale avec des étrangers qui n'imaginent même pas un minimum de réciprocité. Et je n'ai pas vu que des drapeaux français qui s'agitaient hier soir à la Bastille. Mauvais présage ?


Une seule certitude : la gauche a critiqué et contesté Nicolas Sarkozy avant même son investiture, parfois au mépris de la plus élémentaire honnêteté intellectuelle. Qu'elle se rassure, l'état de grâce cessera le jour même de la passation de pouvoir, le devoir de mémoire existe aussi en face. Nous essaierons seulement de nous montrer moins sectaires. 

 

Bonnes journées.

Partager cet article

Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 08:20

Tel un oracle, monsieur Bayrou s'est prononcé avec "solennité" et a rendu sa sentence irrévocable : il va voter Hollande, mais à titre personnel, ce qui, si j'ai bien compris, n'engage que lui et rien que lui.

 

En d'autres termes les 9% d'électeurs qui ont cru en F. Bayrou se retrouvent orphelins de guide.

 

Sans le dire explicitement, monsieur Bayrou est maintenant convaincu que F Hollande sera élu et qu’il vaut mieux faire allégeance AVANT le scrutin pour mieux assurer la pérennité de son fauteuil à l’assemblée. Quitte à renier ce qu’il a combattu pendant la campagne présidentielle, lui qui a affirmé que le programme socialiste était irréaliste et irresponsable. Sa haine à l’encontre de N. Sarkozy serait-elle assez puissante pour l’amener à faire fi de ses convictions ? Que nenni, cette apparente volte face (ils n’étaient guère nombreux ceux qui doutaient de ce choix) est dictée par une opportunité électorale évidente : qui pourrait croire qu’il n’y ait pas eu un « arrangement » préalable ?

 

Il n’empêche, en appelant à voter Hollande, monsieur Bayrou, cautionne ipso facto les propositions  Mélenchon, Joly et autre Poutou qui eux ont déjà rallié le candidat socialiste « sans contrepartie » (mon œil !). Les électeurs centristes apprécieront. D’autant que, si ma mémoire est bonne, ce même F. Bayrou a voté blanc en 2007, ce qu’il dénonce cinq ans plus tard. Va comprendre…

 

Il vaut mieux pour lui que son pronostic soit le bon, dans le cas contraire il connaitrait une retraite anticipée de sa vie politique.

Quant à moi, je n’avais jamais vraiment cru à la sincérité de l’homme du Béarn, hier soir le doute a été définitivement levé. Bon vent !

Partager cet article

Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 15:26

Nous l'attendions tous, nous l'avons regardé à, parait-il, environ 18 millions et nous avons passé la matinée à écouter les avis "éclairés" des une et des autres.

J'ai fait tout pareil.

Et voilà ma conclusion (elle n'engage que moi)

Les deux débatteurs ont été bons, il faut objectivement l'admettre. Egalement bons, mais chacun dans son registre.

Hollande a été meilleur dans l'art d'endormir et d'envelopper la rigueur qu'il n'ose annoncer dans un voile d'illusions de bonheur retrouvé et d'union nationale. Je note qu'en filigrane on pouvait entendre le second message, tout aussi diviseur que celui qu'il se complait à reprocher à son co-débatteur.

Sarkozy a été meilleur dans l'analyse de la crise qui nous étrangle et dans les solutions qu'il préconise pour nous en sortir avec le moins de casse possible.

Il a démontré une excellente connaissance des dossiers et une maitrise des leviers de commande pour piloter le bateau dans la tourmente. Certes il n'a pas endormi les téléspectateurs dans l'illusion qu'il pouvait confiturer la tartine des deux côtés.

 

Nous en revenons au problème de départ, allons nous choisir la forme ou le fond ?

La forme c'est Hollande, le fond c'est Sarkozy. Je demande à celui que je choisis de faire ce pour quoi il a été élu, je ne lui demande pas de faire le beau.

S'il le fait en prime, ce sera un plus, du moment qu'il commence par être efficace.

Et dans ce domaine, je ne peux que choisir Sarkozy, il a l'acquis, la connaissance et les moyens, tandis qu'en face, c'est l'inconnue intégrale.

 

Ce n'est donc pas un choix de militant idolâtre, bien au contraire, c'est un choix raisonné, structuré, fondé sur des faits précis et objectifs, prenant en compte la place de la France dans l'Europe et sa gestion de la crise face à ses voisins.

 

Dimanche prochain c'est sans hésitation et sans doute que je choisirai le bulletin Nicolas Sarkozy et le placer dans la petite enveloppe bleue.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 18:54

Pourquoi les socialistes veulent tant accorder un droit de vote aux étrangers, alors que cela ne leur apporte rien du tout ?

Pour bien comprendre, il faut savoir que ce droit qui leur serait accordé ne pourrait en aucun cas leur permettre d'accéder à un mandat électif

 

Egalité de droits ?

Foutaise ! Les travailleurs étrangers qui vivent en France ont les mêmes droits que les titulaires d'une carte d'identité nationale. Jusqu'à maintenant la seule différence est précisément l'accès aux urnes.

 

Réciprocité ?

Foutaise !  La quasi totalité des pays étrangers n'accordement pas aux résidents étrangers les mêmes droits qu'à leurs compatriotes.

 

L'explication est simple, quand bien même les promoteurs de cette loi affirment le contraire, la main sur le coeur : la quasi totalité de ces nouveaux électeurs voteront pour leurs généreux bienfaiteurs ce qui, dans bien des cas, permettra de faire basculer des municipalités dans le giron socialiste.

 

Ceci explique la précipitation et la détermination de monsieur Hollande, pour qui la main mise sur la totalité des rouages du pouvoir est la seule priorité.

 

Présidence + gouvernement + Assemblée nationale + Sénat + Régions + Départements + Municipalités (le tout en majorité), je ne suis pas sûr que les électeurs français aient conscience du risque encouru en donnant le 6 mai un chèque en blanc endossé par une personne qui n'a strictement aucune expérience de l'exercice du pouvoir à ce niveau. F Hollande n'est que le miroir aux alouettes, le vrai pouvoir est ailleurs.

 

Le véritable enjeu de cette élection ne se trouve pas là où on l'imagine, c'est à un changement de régime qu'il faut s'attendre, la 6ème république est à nos portes !

 

Qui peut croire, naivement, que Mélanchon, Joly et les autres vons rester sur la touche comme des ronds de flanc ?

Il n'est pas trop tard pour ouvrir les yeux :

Le choix se résume à ceci :

 

Sarkozy : bon sur le fond, critiquable sur la forme

Hollande : bon sur la forme, inconnu et inexpérimenté sur le fond.

 

Le monde se moque bien du résultat du scrutin, mais pas nous, car si nous appartenons au monde, c'est en France que nous vivons !

Partager cet article

Repost0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 22:18

J'ai reçu ce document aujourd'hui. Je ne peux pas m'empêcher de le reproduire, sans en changer la moindre virgule :

 

"

30 % d'indécis...

 

Vous vous dites encore : « tout Sauf Sarkozy »

C'est un point de vue parfaitement respectable (même si je ne le partage pas),

 

Vous allez donc opter pour l'alternative, choix tout autant respectable (même si je ne le partage pas),

 

Pour vous aider dans ce choix, voici quelques pistes de réflexion :

 

On le surnomme FLAMBY


 

 

flambiollande.jpg

 

Voici pourquoi :

 

1/ Il a fait de la Corrèze le département le plus endetté de France, quasiment en état de cessassion de paiement !

2/ Il n'a jamais travaillé dans une administration française, bien qu'il soit énarque

3/ Il n'a jamais été ministre, secrétaire d'état, chef de cabinet, rien de rien !

4/ Il n'a jamais été à l'origine d'une loi ou d'un projet de loi, rien d'autre que de la critique !

5/ Il n'a jamais mis les pieds dans une entreprise privée, même pas une heure en stage !

6/ Il n'a jamais rencontré de dirigeants internationaux

7/ Il n'a jamais représenté la France dans quelque domaine que ce soit

8/ Son plus gros mandat de gestion : une ville de 18000 habitants (Tulle)

9/ Il n'a négocié ni avec des syndicats, ni avec des salariés

10/ Il n'a jamais exercé de mandat de négociation avec le patronat

11/Il est favorable la retraite à 60 ans (67 un peu partout ailleurs)

12/ Il est favorable la régularisation des sans papiers

13/ Il est favorable au vote des étrangers

14/ Il est favorable à l'hyper taxation des plus riches, quitte à les laisser quitter le pays

15/ Il est favorable à une augmentation de la pression fiscale sur les entreprises

16/ Il est favorable à un bras de fer avec ceux qui nous ont prêté 1700 milliards d'Euro

17/ Il est favorable à la création de 300 000 emplois jeunes et à la réembauche de 60 000

fonctionnaires rien que dans l'Education nationale (sans compter les autres secteurs «prioritaires»)

18/ Il est favorable à la fermeture de 24 centrales nucléaires, quitte à faire exploser le coût de l'énergie électrique

19/ il est favorable à une modification importante du quotient familial, quitte à déséquilibrer la politique de la natalité de notre pays

20/ Il a fait preuve d'une étonnante perte de mémoire chaque fois que des malversations ou des mises en examen ont touché des membres ou des agissements de son parti

 

De tout cela je retiens qu'après 35 années de vie politique ce candidat n'a pas été capable de présenter un programme de gestion du pays fiable et crédible,

 

Et ce n'est pas moi qui le dis, la preuve, ce que pensent de lui ses « amis » :

 

-        « Il n'a aucune épine dorsale, il manque de caractère »
(Martine Aubry, le Nouvel Observateur, 30 juin 2011)

-        « Quelqu'un qui me dit qu'il est normal, je commence à me méfier ! »
(Manuel Valls, Le Figaro magazine, 11 juin 2011)

-        « Il n'est pas fiable »
(Martine Aubry, le Nouvel Observateur, 23 juin 2011)

-        « Celui qui ne fait rien est souvent plus populaire »
(Ségolène Royal, Libération, 14 juin 2011)

-        « Une fraise des bois peut-elle cacher un éléphant ? »
(Laurent Fabius, le Nouvel Observateur, 30 juin 2011)

-        « Le point faible de François Hollande, c'est l'inaction.
Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisée en 30 ans de vie politique ?
 »
(Ségolène Royal, le Figaro, 8 septembre 2011)

-        « Franchement, vous imaginez Hollande Président de la République ? On rêve ! »
(Laurent Fabius, Sud Ouest, 18 avril 2011)

-        « Arrêtez de dire qu'il travaille, François n'a jamais travaillé, il ne fout rien ! »
(Martine Aubry, Journal du Dimanche, 30 avril 2011)

-        « Hollande, c'est le principal défaut du Parti Socialiste »
(Arnaud Montebourg, Canal+, 8 juin 2010)

-        « Capitaine de pédalo »
(Jean Luc Mélanchon, 2012)


Pour ne citer que les plus célèbres
Et tous ces « amis » sont pressentis pour composer le futur gouvernement Hollande (à condition, bien sûr, qu'il soit élu)
On imagine aisément la pétaudière...

 

 

guignolollande

 

 

 

Cette photo illustre bien le personnage : la compétence, le charisme, la crédibilité, bref l'aptitude à gouverner un pays de plus de 60 millions d'habitants, malmené par une crise mondiale

 

Franchement, qui peut raisonnablement vouloir un guignol pareil à la tête du pays ?

 

 

Parfois les images en disent plus que les mots !"

 

 


Partager cet article

Repost0
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 10:38

J’espérais que cette réforme passerait et qu'au passage les socialistes étaleraient leur médiocrité, de ce côté je n'ai pas été déçu.
Mais de là à imaginer que la voix qui a fait basculer la réforme du bon côté était celle de Jack Lang, c'est inespéré, quelle gifle magistrale administrée aux petits bras de la rue de Solférino ! J'imagine sans peine leur dépit et leur colère, et les suites qu'ils vont donner à cette affaire : virer Lang, car il faudra bien un bouc émissaire pour masquer leur nullité.
La gauche perd tout ce qu'elle veut, élection après élection, car elle est incapable de se remettre en question et ce n’est pas cette dernière consultation qui me contredira.

 Voilà des lustres que je crois que voter contre est une mauvaise chose parce que c’est la traduction d’une logique d’affrontement, tandis que voter pour signifie tout autre chose, puisque c’est l’expression d’une adhésion à une idée, un concept ou un programme.

La gauche française est creuse, aussi vide qu’un bidon percé, se montre incapable de valider une idée dont elle n’est pas à l’origine, mais comme elle n’a pas d’idée, elle n’a d’autre choix que de rejeter les idées des autres.

Qu’elle continue à se déchirer pour savoir qui sera calife à la place du calife, les Français qui aiment leur pays n’ont finalement pas besoin d’elle pour avancer.

 Vive les vacances ... avec un tit’peu de soleil et de chaleur siouplait ?  ;-)

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 13:15

Cet après-midi les députés et sénateurs français vont se prononcer sur un projet ô combien important de modification de la Constitution, autrement dit du fonctionnement de notre République.
Chacun de croire que l'affaire intéresse tous les Français et qu'il faudrait apporter un soin tout particulier à l'examen d'un texte qui modifie en profondeur le fonctionnement de notre système politique.

Fidèles à leur tradition de loosers les socialistes français ont décidé de voter non, leur porte parole ayant pris soin de préciser que ce n'était pas un non au projet mais un non à N. Sarkozy.

On peut penser ce que l'on veut du Président, cela fait partie d'un de nos droits fondamentaux qu'est la liberté d'opinion et d'expression. Mais lorsqu'une consultation porte sur nos règles de vie, quelle que puisse être l'opinion que l'on ait de l'auteur du texte, il faut savoir répondre aux Français, députés et sénateurs en sont directement l'expression, directe ou indirecte. Répondre à autre chose que ce qui est demandé ce n'est rien d'autre que trahir le mandat qui leur a été confié. Monsieur Dray a donc publiquement exprimé la volonté des socialistes de trahir le mandat que les Français leur ont confié, ils vont donc faillir à leur mission.

Moi qui n'ai jamais aimé Jack Lang suis aujourd'hui obligé de lui rendre cette justice qu'il exerce son mandat conformément à son engagement, n'en déplaise à tous les ringards qui veulent le chasser du PS, et c’est tout à son honneur.
Soit dit en passant, il serait intelligent de chasser du PS tous ceux qui ne croient plus à la politique archaïque de l'équipe actuelle, cela permettrait enfin de laisser s'exprimer une vraie opposition, constructrice, au détriment des fossiles de la rue de Solférino.

Je constate en passant que pendant ses années de "gloire" en dehors d’une augmentation non négligeable du nombre des députés, les socialistes n'ont vraiment pas fait grand chose pour toiletter la constitution, mais cela ne m’étonne guère.

 Et pourtant, il y a des éléments très positifs dans ce projet, à commencer par celui qui interdit plus de 2 mandatures consécutives au président, je regrette seulement que cela ne puisse s’appliquer à l’ensemble des élus, (cela aurait signifié la certitude d’un rejet par le Congrès).

Voilà, en cette période estivale il reste tout juste assez d’énergie à nos loosers pour dire non, il est vrai que c’est ce qu’ils savent faire le mieux.

Désolé à tous les dupés qui ont cru dans ces gens mais, plus localement, il se profile dans les semaines à venir une échéance qui permettrait à certains de corriger le tir : avons-nous besoin d’un(e) guignol pour représenter la 1ère circonscription d’Eure et Loir ?

Partager cet article

Repost0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 21:41
Le beau temps aidant, histoire de se changer les iédées et de préparer la nouvelle saison de farfouille dans les brocantes des environs, ce dernier dimanche a été l'occasion d'une virée drouaise.
Dans la bonne humeur,  j'ai fait partie de ces huit mille cinq cents visiteurs qui ont écumé les quelques 150 stands pressés d'écouler tous les surplus accumulés cet hiver.
Ambiance très familiale, circulation aisée dans les allées (il fallait viser le créneau de midi, la meilleure heure pour chiner sans se marcher sur les pieds), sortie vers 15h30, au moment de la grande affluence de l'après midi.
Comme le soleil persistait à illuminer l'endroit, une petite flânerie s"imposait...
dreux-1.jpg



Bien sûr, on pour photographier ça...


Comme tout le monde...3

(C'est vrai que c'est un beau beffroi...)






Mais...

On peut aussi trouver ça :

dreux-2.jpg




dreux-4.jpg





















dreux-3.jpg




ou ça :











Il suffit de lever la tête...




dreux-5.jpg

Et là, nous sommes vraiment récompensés, c'est là où l'on oublie de chercher

que nous découvrons les trésors cachés de nos villes !!

Partager cet article

Repost0

Articles Récents