Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un nouveau blog local ?

Oui, parce que celui-ci a pour unique objectif de permettre un échange d'idées sans aucune autre  censure que le respect d'autrui et des règles de bienséances.

J'ai mes idées, vous avez les votres, ce sont peut être les mêmes, elles sont peut être diférentes.
Mais qu'importe, l'essentiel n'est-il pas de pouvoir les échanger ?

Alors... trempez vos plumes, même dans l'acide  !! ;-)

Recherche

31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 14:15

Un enseignant se fait verbalement insulter par un gamin, en plein cours. Déstabilisé par la violence du propos, le geste fatal part, la joue de l'élève rosit. La suite est dans tous les médias, les réactions sont unanimes pour exprimer l'incompréhension et l'écoeurement.
Je crois que monsieur Sarkozy qui s'est à maintes reprises exprimé pour une tolérance ZERO, trouverait ici une remarquable opportunité de faire coup double :
 

1/ d'une part en exigeant que soit puni le petit merdeux qui insulte un enseignant confirmé (30 ans de métier, ce n'est pas exactement rien) devant toute une classe, mettant encore plus (comme si cela était possible), l'enseignant et ses collègues en totale situation de dépendance au "DROITS" des enfants. 

2/ d'autre part en sanctionnant d'une manière exemplaire le gendarme qui a de toute évidence exercé un abus de pouvoir en enfermant un honnête homme 24h durant sans aucun autre motif que la vengeance personnelle et le volonté délibérée d'humiliation. Avoir un gosse malotru n'est déjà pas un haut fait d'arme pour un individu supposé défendre l'autorité, mais défendre de la sorte une telle incivilité est tout simplement insupportable, et inacceptable. 

Je ne m'étalerai pas sur la veulerie de l'académie qui a suspendu le prof, ajoutant par son mépris encore plus de détresse là où un soutien aurait été le indispensable, pas plus que sur l'invraisemblable qualification de violence aggravée retenue contre l'enseignant. Chacun saura apprécier.

J'espère que ce brave homme en a fini avec l'Education Nationale, qu'il a compris que son avenir et ses valeurs devaient se détourner de cette profession, et je ne m'étonne plus de la démobilisation générale que l'on rencontre quotidiennement chez ces gens dont la motivation est brisée par le mépris permanent de leurs autorités de tutelle. 

 Et puisque nous en sommes au chapitre des connards, que penser de cette hurluberluesque proposition de faire noter les enseignants par leurs élèves, dès lors que dès la sixième on peut impunément traiter son prof de connard ?

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 23:53
J'entends dire, ceci-dela que voter  l'un ou l'autre candidat ne changera pas la physionomie de l'Assemblée nationale.
Arithmétiquement parlant, il y aurait bien une différence.
Politiquement parlant, il n'y aurait en effet guère d'incidence.
Dans ces conditions, quelle utilité à voter Vallet ?
Voter gauche, ce ne serait que l'expression d'un mécontentement, que chacun jugera justifié ou pas selon ses critères personnels ou le fruit de l'écoute des  ritournelles du moment.
A l'Assemblée, madame Vallet ne pourrait guère faire autre chose que rejoindre le banc très minoritaire des partisans du non à tout. Et sur le plan local, elle ne pourrait s'appuyer ni sur la communauté d'agglomération, ni sur le Conseil Général. Il reste peu d'espace pour la gestion des dossiers locaux...

Voter droite ne changerait pas plus la  face de l'Assemblée. Par contre, la synergie des  actions serait plus qu'évidente, et si la gauche locale n'en fait pas allusion, préférant surfer sur la vague du pouvoir d'achat, c'est précisément parce qu'elle sait que dans ce domaine les résultats sont probants, l'avancée de certains dossiers n'ayant pu se faire que parce qu'il y avait amplification des compétences et des moyens.
Et dans un pays qui va cahin caha, un bassin de vie qui se développe et croit plus vite que la moyenne nationale est un atout non négligeable, si nous en sommes arrivés là, ce n'est certainement pas l'effet du hasard.

C'est donc uniquemment pour des motifs d'humeur du moment qu'il faudrait-il hypothéquer ce dynamisme pour repartir dans l'inconnue et l'isolement ? Et par là même revenir sur le vote souverain que nous avons fait il y a quelques mois seulement ?. C'est sur ces critères de logique locale que JP Gorges a été réélu l'été dernier. Faut-il se désavouer alors que la logique est restée la même ?
Je ne tiendrais sans doute pas le même raisonnement si la consultation était nationale, mais il s'agit d'un seul siège à pourvoir.

Qu'on le veuille ou non, il n'y a qu'un seul choix vraiment utile à notre circonscription. Et qu'un seul qui ne serve à rien.

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 15:39
Il parait que l'on doit envoyer un "signal fort" au gouvernement entend-t-on un peu partout dans les rangs dispersés de la gauche.
Pourquoi pas ?

Mais qui pourrait envoyer ce signal fort ?
Assurément pas la gauche. Trois élections ratées plus tard elle n'a toujours rien à nous proposer.
Je voudrais bien admettre que la politique actuelle n'est pas bonne. Mais par rapport à quoi ? 
Au programme fumeux de madame Royal ? Mais quelle crédibilité peut-elle espérer en balançant à la volée des propos aussi stupides que raccoleurs que "je demande que les 7 milliards d'euros soient remboursées aux familles plongées dans l'endettement". Il s'agit bien entendu du trou dans les comptes de la Société Générale.

Il faudrait donc comprendre que si les familles sont dans l'endettement c'est parce que la Société Générale leur a pris leur argent pour boursicoter avec ? Et que le seul motif de leur endettement est imputable à cette banque ?
Et il faudrait aussi rembourser les clients des autres banques avec ces sous là ?
Et pour rembourser (ce qui n'a pas été emprunté) où trouver les fonds ? Pas à Société Générale puisqu 'elle a perdu ces milliards.
Il faudrait donc qu'elle en perde 7 autres pour satisfaire aux caprices de madame l'ex candidate. Et hop ! un trou de 14 milliards (c'est facile de jongler avec les milliards que l'on ne possède pas) !!
Ou alors que l'état verse 7 milliards aux familles dans l'endettement. Au détriment de qui ou quoi ? Et pour quelle raison l'état devrait faire un cadeau discriminatoire (parce que ceux qui ont réussi à ne pas se plonger dans l'endettement : ceinture !!) à une catégorie de français non spoliée par une entreprise privée ?

Soyons sérieux !! Quiconque possède un mimimum de jugeotte et/ou un éclair de lucidité comprendra que ces propos relèvent de la plus grande fumisterie et ne servent qu'à attirer les gogos vers ce miroir aux alouettes qui nous a déjà été servi il y a quelques mois.

Non, je crois qu'à y bien réfléchir, c'est la gauche qu'il faut sanctionner, parce qu'elle n'a rien de cohérent à nous proposer et qu'il faut qu'elle cesse de croire que l'elle peut sans cesse critiquer, surtout ce qu'elle ne connait pas, comme la politique de notre pays, finalement pas si mauvaise que cela.
Qu'elle commence donc par mettre de l'ordre dans ses propres affaires, entre Hollande, Fabius, Jospin, Royal, Delanoé (plus les nouveaux prétendants et ils sont nombreux à se presser au portillon) on ne sait même pas qui va tenir le gouvernail, qu'ensuite elle nous propose une alternative crédible avec un programme sérieux et non pas limité à une condescendante pleurnicherie sur le pouvoir d'achat (je suis allé chez mon épicier luisantais préféré mais, malgré tout son tintamarre médiatique, il n'a pu satisfaire à ma demande de me vendre un demi kilo de pouvoir d'achat, comme c'est curieux...) alors seulement on pourra efficacement juger de la politique conduite par nos dirigeants actuels et estimer s'il faut ou non la soutenir.

J'ajoute que le meilleur service à rendre à la gauche française c'est la sanctionner une bonne fois, cela la contraindra à se mettre au diapason du monde moderne et nous proposer autre chose que les poncifs du début du siècle dernier. Même les Chinois l'ont compris !!

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 23:34
Passionnant ce premier tour des  législatives partielles d'Eure et Loir.

On annonçait la grande débâcle de JP Gorges. Certes il est en ballotage, défavorable (quelque 500 voix le séparent de madame Vallet). Et pourtant !!!

1/ Exit Eric Chevée,  avec son score inférieur à 20%, non seulement il ne peut pas se maintenir, mais en prime il a été déjugé par l'électorat modéré, surtout à Chartres. Comment, dans ses conditions, tenter quelque chose de viable pour les municipales ?
Je ne suis pas à sa place, mais si je l'étais je suggèrerais à mes électeurs de reporter leur voix sur JPG, parce qu'il vaut mieux être adversaire qu'ennemi, parce que l'électorat modem est plus à droite qu'à gauche.
Mais surtout parce que les urnes chartraines ont clairement parlé en faveur du maire, malgré les campagnes ignominieuses fomentées par l'épicier luisantais. 

2/  Il semblerait que JPG ait perdu quelque 2000 voix entre Luisant et Barjouville. L'effet Leclerc n'est pas neutre, il s'ajoute au mouvement d'humeur traditionnel que l'on enregistre au premier tour de ce type de scrutin. Luisant vote habituellement à droite. Les luisantais vont-ils voter pour un programme et des réalisations concrètes ou bien vont-ils se mettre à la botte du marchand de pouvoir d'achat ?

3/  La gauche, en la personne de madame Vallet a prédit une sanction lourde à celui qui était "impliqué dans plusieurs affaires judicaires" Les urnes ont rendu leur verdict : au lieu d'un vote sanction c'est un éclatant message de soutien et d'encouragement  qui a été transmis au député sortant et à son l'équipe en place. Les électeurs n'aiment pas que l'on conteste leur vote, surtout pour des motifs aussi peu solides. Apparemment ce n'est pas le voyage de madame Royal qui a changé la donne.

4/ Le nord de la circonscription a fort peu voté, aux alentours de 30% à ce que je crois avoir entendu. Et là encore, le choix dans l'isoloir se traduit traditionnellement par le dépôt d'un bulletin de droite dans l'urne. Si l'électorat de droite prend conscience de l'importance de ce second tour, il renversera la tendance et confirmera son choix de juin 2007.

 La gauche est en tête, c'est une évidence. Mais elle a fait le plein de ses voix, ce qui est loin d'être le cas de son adversaire. Alors ?
Alors, logiquement le second tout devrait arithmétiquement reconduire JP Gorges dans les couloirs de l'Assemblée. Personnellement, je crois que ce serait une bonne chose, politiquement, économiquement et socialement ce serait désastreux de casser cette dynamique qui a tant réussi à no+tre bassin de vie.
Reste que l'artihmétique et l'isoloir ne parviennent pas toujours au même résultat.
Sauf si...

Dimanche, votez !!

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 15:59
On s'est étonné de ne pas trouver sur ce blog un quelconque commentaire  relatif à la candidature d'Eric Chevée.
Ce n'est pas faute de l'avoir souhaité, mais je n'ai pu vérifier la totalité des informations que je voulais mettre dans mon billet.

Mais pour faire bonne mesure, et pour que les choses soient claires, je vais apporter quelques éléments de réflexion sur la crédibilité à apporter à un candidat qui semble se satisfaire de son  statut de candidat puisqu'il passe son temps à être candidat. Il serait peut être temps de passer au statut d'élu pour ne pas être confondu avec un "candidiot"

Mais parlons de programme, le sien est vaste !!

Travail
"je veux faciliter l'augmentation du pouvoir d'achat"
1/ maitriser les tarifs des services locaux : dans le détail, cela veut dire le prix du cinéma, le ticket du centre aquatique, le coût du parking. POur ce dernier, c'est déjà en cours, il n'a pas été attendu.
S'agissant du cinéma, d'une part c'est une entreprise privée, d'autre part le tarif est sensiblement identique partout en France
Quant au centre aquatique, que par ailleurs il dénonce, comment maitriser le prix d'entrée d'un service qui n'existe pas ?
Il s'agit donc de maitrise virtuelle du pouvoir d'achat, d'autant que, à ma connaissance, aucun de ces trois postes n'est pris en compte dans le calcul de ce pouvoir d'achat (mais je peux me tromper). Et puis, je serais curieux de savoir comment un député peut agir sur des paramètres locaux qui, au mieux,relèveraient de la compétence du maire et/ou de la communauté d'agglomération. Faut-il comprendre que monsieur Chevée se voit déjà député maire ?
Je glisse sur les trois autres points évoqués sur la double page de son programme, elles font partie du priogramme de la majorité présidentielle. A quoi bon changer pour la même chose ?

Transports
On va faire plus bref : voilà 25 ans que l'on s'échine à trouver une solution  au problème infernal de la 154
Personne n'y est parvenu d'une manière satisfaisante, mais attention, si vous votez Chevée tous va s'arranger !
Comment et avec quels fonds, ça c'est sans doute secondaire. Et pourtant, depuis 25 ans c'est "qui va payer" qui enraye la machine.

Le meilleur reste le trémolo sur la SNCF et l'amélioration du service. Tous les élus, toutes tendances confondues essaient d'améliorer le service, notamment en banlieue parisienne. Sans y parvenir.
Mettez Eric au Chevet de la grande malade, lui va nous trouver LA solution ! (restons zen)

Ecologie.
Que du dit et du redit, rien de neuf, voir tous les autres programmes, on passe.

Solidarités
La encore, il y a confusion de genres et de fonctions : comment agir localement pour construire 600 logements/an ?
Tout comme madame Vallet, il y a promesse dans le vague mais, tout pareil, aucune information sur le financement.
Par contre, j'aimerais savoir en quoi l'accès aux soins n'est pas le même pour tous, ensuite comment changer la chose, si tant est qu'il y ait quelque chose à changer.

Deux points d'accord (mais si) :  moduler le système de franchises médicales. Là il y a certainement quelque chose à faire, c'est donc adhésion sur ce point.
Il y a aussi accord sur le problème des orientations scolaires bidon, tel que cela a été proposé dans le programme présidentiel en cours.

Et enfin, la Démocratie.
Que monsieur Chevée n'aime pas monsieur Gorges, on le savait déjà.
Mais est-ce là la mission d'un élu de la nation que de s'engager à régler ses comptes personnels avec le Maire de Chartres ?
A ma connaissance les kalachnikov n'étaient pas sur les genoux des 39 maires de la communauté pour régler les éventuels différends.
On peut estimer que le maire actuel ne manie pas la diplomatie avec toute la rondeur nécessaire, mais à un certain moment il faut savoir dire stop et avancer. Il suffit de voir le bilan d'action de Chartres Métropole pour comprendre que ça a bougé, vite et dans le bon sens. Et là il y a une vraie solidarité. Car créer des emplois c'est renforcer le pouvoir économique du bassin de vie. N'en déplaise à monsieur Chevée, mission accomplie.

Si les habitants de la circo préfèrent les paillettes à l'efficacité, libre à eux, après tout nous sommes en démocratie, dans un pays qui respecte la liberté d'opinion et d'expression d'icelle, mais quand même :
prétendre "être le seul à pouvoir faire travailler ensemble des élus de droite et de gauche", c'est assez amusant si l'on considère la couleur politique des 39 communes associées dans Chartres Matropole.
En réalité, ni la droite ni la gauche ne veulent d'un parti qui vogue au gré des courants, et c'est bien là la description du modem, le parti ni-ni.
Enfin, vouloir tout chambouler quand on est élu de rien, c'est quand même une sacrée gageure !

Voilà. Rien sur l'homme réputé fréquentable et honorable, tout sur le candidat, qui se présente sans bilan et sans les moyens ni les soutiens de ses ambitions. Elire un député, c'est pour qu'il s'occupe d'autre chose que de nos tickets de parking.

Votez bien, votez utile !!

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 11:45
Que l'Echo ait besoin d'une demi-page pour  "apprécier" le dernier tract de monsieur Ducatel, passe encore.
Mais qu' il le fasse sans  même respecter l'orthographe la plus élémentaire, là ça fait tache !
Sans doute pour des raisons d'économies l'Echo fait l'impasse sur  un correcteur orthographique humain, mais  cela devient insupportable pour les lecteurs qui souhaitent au minimum lire en Français !!

Rédacteur individuel, il m'arrive, malgré ma vigilence, de laisser passer une coquille. Mais je ne tire aucun profit de mes écrits. Tolérant, je feins de ne pas voir une faute par ci-par là, mais quand elle s'étale en pleine page dans un gros titre, là, ça fait mal (ça n'excuse pas pour autant celle qui fleurit dans le texte).

On l'aime notre Echo ! Au point de vouloir lui conserver sa plus noble mission : préserver notre bien le plus précieux : notre langue.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 09:20
Comme beaucoup d'entre nous, (50 000 exemplaire de cette "dernière minute" (qui porte bien son nom) ont été distribués) le directeur patron de Leclerc Luisant a encore frappé, sous la ceinture.
Sait-il seulement frapper ailleurs ?
Certains appelleraient cela un coup bas, je dirais plutôt un coup lâche.
Lancer son pavé à trois jours d'un scrutin important, sans laisser à sa cible la possibilité de répondre, c'est une manoeuvre infâme, d'autant plus pour qui ose parler de démocratie.
D'autant plus que O. Ducatel n'étant pas partie prenante dans les élections peut faire et dire ce qu'il veut du moment qu'il ne nomme pas directement le candidat pour qui il roule (quoique... une visite en ses murs par une personnalité nationale à deux jours du premier tour, est-ce uniquement une coïncidence ?) En face JP Gorges ne peut pas grand chose, englué dans les ridicules règles qui régissent les élections.

Le fond de l'affaire, c'est un commerçant qui craint pour le devenir de son affaire, il en a parfaitement le droit (ce que personne ne lui conteste) et qui use de méthodes pour le moins contestables pour parvenir à ses fins, à savoir faire modifier des décisions souveraines prises par la majorité d'élus représentant 39 communes ! l

De là à  parler de "mise à mort", est-ce là  un propos que l'on peut qualifier d''honnêteté comportementale" ?

C'est probablement la même logique qui a conduit à la création de l'association de défense des habitants du sud de l'agglomération chartraine (coïncidence de dates), laquelle semble confondre allègrement bien commun et intérêts particuliers, il ne faut pas être devin pour comprendre que cette façade mal peinte est... "suggérée?" par le propriétaire du magasin précité.

La lecture du document reçu ces derniers jours a de quoi laisser pantois : pour faire la promotion du commerçant, l'association entend elle aussi se substituer aux institutions en place pour décider comment doit être organisée l'agglomération.
A n'en pas douter, s'il en avait le pouvoir, il fermerait et le Géant et le Carrefour pour être le seul et l'unique à "augmenter" notre pouvoir d'achat.
On croit rêver...

Quant à moi, ces propos nauséabonds auront fini de me convaincre de ne plus mettre les pieds dans cette enseigne, ni à Luisant, ni ailleurs puisque les responsables de l'enseigne ne condamnent pas la méthode Ducatel. Curiueusement, je ne suis pas le seul à penser ainsi.


A propos de l'association "Vivre au Sud de Chartres", qui se présente comme une association de défense des habitants du Sud de l'agglomération Chartraine :
Elle a été créée le 29/6/2007 (JO du 14/07/2007), a pour président monsieur Benoît de La Touche (Barjouvillois), a son siège à Chartres au 23 rue des Vieux Capucins et pour objet exact :
"Agir pour la défense et la poursuite d'un développement durable économique, commercial et social équilibré du bassin sud de Chartres".
nti_bug_fck

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 17:53
Je n'aimerais pas être à sa place : lui le militant de toujours, droit dans ses bottes  à suivre à la lettre les directives de son parti, le voilà contraint de regarder passer le train sans pouvoir monter dedans.
Demain soir madame Royal fera le déplacement pour soutenir Françoise Vallet  (il semblerait qu'elle en ait besoin face à Eric Chevée), mais sera-t-il de la partie, lui le presque exclu qui a osé présenter une liste de gauche (pourtant plus crédible) mais qui n'a pas obtenu les grâces du parti ?
Et comme un malheur n'arrive jamais seul, c'est François Hollande qui s'inviterait une semaine plus tard ?
Tout d'un coup j'en viens à comprendre Brigittge Santerre d'avoir embarqué sur un cannot de sauvetage en définitive plus sûr que un bateau ivre qui dérive sur l'océan des illusions perdues.
Courage monsieur Farion, il n'y a que la première couleuvre qui soit dure à avaler, ensuite c'est routine :)

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 23:12
J'ai trouvé  ce dernier samedi, dans ma boite aux lettres de madame la  candidate socialiste.

Et ce que j'ai lu ne me plait pas !


Avec des mots soigneusement choisis tels que "impliqué dans plusieurs affaires judiciaires" ou encore "condamné..." ou aussi "propagande répréhensible", cette lettre fait passer JP Gorges pour un individu douteux, des mots assez puissants pour susciter le doute, mais pas assez pour être diffamatoires

Le Conseil Constitutionnel (merci de nous en rappeler l'adresse) est quant à lui peaucoup plus mesuré dans ses propos :

"la répétition de ces manifestations dans un délai rapproché revêt le caractère d'une manœuvre qui, eu égard aux circonstances de l'espèce et notamment à la faiblesse de l'écart des voix, a altéré le résultat du scrutin ; qu'il y a lieu, en conséquence, d'annuler l'élection..."
Mais aussi :
"...ne peuvent être regardées comme des dépenses de propagande électorale qui auraient dû figurer dans le compte de campagne de M. GORGES ; qu'ainsi le grief tiré de la violation de l'article L. 52-8 doit être écarté ; qu'il n'y a pas lieu, en conséquence, de faire droit aux conclusions tendant à ce que M. GORGES soit déclaré inéligible,..."

En clair, l'annulation du scrutin de monsieur Gorges est justifiée par une "manoeuvre" de récupération de l'électorat au moyen d'inaugurations excessives. Et encore, le doute est sufisamment présent pour qu'il n'y ait pas eu sanction.
Mais rien qui ne justifie le terme de "condamnation", sinon il y aurait eu annulation assortie d'une peine d'inéligibilité.

Commencer une campagne avec de tels arguments n'augure rien de bon.
Et pour confirmer mes craintes vous nous proposez le néant du Parti Socialiste (auquel vous vous rattachez) en matière de programme d'action et d'ambition pour la France. La seule chose que les socialistes français savent encore faire, c'est dire NON.

Si j'ai choisi de soutenir JP Gorges dans cette nouvelle élection, ce n'est pas parce que le personnage est un modèle de dialogue et de charisme, mais précisément parce qu'il a été élu sur un programme clair et précis et qu'à la date d'aujourd'hui il a respecté ses engagements.  Et puisque vous faites l'amalgame entre les fonctions de maire, de président de la communauté d'agglomération et de député, permettez que j'utilise ce même amalgame pour affirmer que si le député n'a pas démérité, le bilan exceptionnel du maire et du président de Chartres Métropole mérite toute notre considération, il suffit de voir ce qu'il  suscite comme convoitises pour s'en convaincre !

Par contre, je m'interroge (et je ne suis pas le seul) sur la sincérité de vos intentions, car vous avez déclaré haut et fort que vous étiez opposée au cumul des mandats et pourtant vous sollicitez les électeurs et pour la députation et pour la mairie.
Reviendrez vous sur vos déclarations hâtives ?
Sinon, lequel des mandats abandonnerez vous si vous étiez amenée à tout gagner ?
Est-ce incongru de supposer que la députation serait pour vous le tremplin idéal pour accéder au fauteuil de maire ?
Puisque vous voulez nous jouer la partition de la vertu, ne croyez vous pas honnête de nous éclairer AVANT le premier scruitin sur la finalité de vos intentions ?

Par ailleurs, vous nous invitez à profiter de l'occasion pour sanctionner la politique du gouvernement.
D'une part, comme nous le rappelle si opportunément monsieur Chevée "quelque (sic) soit le résultat du vote, la majorité à l'Assemblée nationale ne changera pas : l'enjeu de l'élection est donc local" (c'est même écrit en, gras!).
Ensuite, il me semble qu'il est prématuré de juger d'une politique six mois à peine après sa mise en oeuvre : n'est-ce pas monsieur Mitterrand qui nous invitait à "donner du temps au temps" ? Oublié le maître ?
Nous sommes tous pressés de voir l'embellie de notre environnement, à tous les niveaux et avons  quelque matière à douter : et si vous nous expliquiez comment voter Vallet nous éviterait l'érosion de notre pouvoir d'achat ?

Revenons sur terre madame Vallet : pour une double consultation locale nous avons d'un côté Jean Pierre Gorges auquel il n'y a pas reproche à faire quant à son bilan de député et encore moins quant à son action de maire (il pourra présenter un bilan auquel peu de maires pourront se comparer... et même en matière de "comm" il a su repousser certaines limites),
en face nous avons une candidate, certes au sourire charmant, mais sans bilan et sans programme, hormis une vague alliance avec l'ensemble des "forces de gauche" jusqu'aux plus extrêmes. Et surtout secrète sur ses véritables intentions... Au fait, pourquoi votre lettre ne nomme pas par son nom votre discret suppléant ?


Demain ne se fera pas sans nous, écrivez vous sur l'enveloppe...

Et si demain se faisait sans vous ?
 

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 17:31
Un nouveau bloggeur m'a écrit ce jour pour me signaler qu'il avait, lui aussi, été censuré ce jour sur le blog de l'Avenir de Chartres.
Il avait osé commenter l'opportunité de la création d'une maison des syndicats (je ne serais donc pas le seul...), sauf que lui a commis l'erreur de le faire sur le blog de l'auteur.
Décidément, je n'arrive pas très bien à comprendre ce que veut monsieur Farion, mais il me parait malsain de jouer les parangons de vertu (voir son billet du jour dans lequel il ressort son affaire de corbeau) et dans le même temps clouer le bec à certains contestataires (non officiels ?).

Je me fais une autre idée de la démocratie, surtout locale, et plus ça avance, moins j'arrive à me retrouver dans la méthode Farion.

Je ne puis reproduire les propos de ce bloggeur, il n'avait pas eu la bonne idée d'enregistrer une copie de son intervention, précaution pourtant indispensable.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents