Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un nouveau blog local ?

Oui, parce que celui-ci a pour unique objectif de permettre un échange d'idées sans aucune autre  censure que le respect d'autrui et des règles de bienséances.

J'ai mes idées, vous avez les votres, ce sont peut être les mêmes, elles sont peut être diférentes.
Mais qu'importe, l'essentiel n'est-il pas de pouvoir les échanger ?

Alors... trempez vos plumes, même dans l'acide  !! ;-)

Recherche

25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 21:39

Je me suis exprimé il y a quelques jours à propos des dernières mesures gouvernementales se rapportant aux radars.

Bien évidemment je persiste et signe en tous points ces propos.

Cependant, il me parait utile de préciser certains points :

1/ Le problème ne se pose pas dès lors que les automobilistes se conforment aux prescriptions du code de la route

2/ Pour qu'ils puissent le faire, il est indispensable que les pouvoirs publics prennent conscience que leur action n'est pas parfaite et qu'ils remettent en cause leurs certitudes.

Un exemple (parmi une masse)

Tout automobiliste eurélien connait la RN 154 et ses dangers qui lui ont valu sa sinistre réputation. Un peu avant d'arriver à Allones  la route doit passer au dessus de la ligne TGV. Il y a un pont, parce que les ponts coûtent moins cher que les tunnels. Quel est l'imbécile galonné qui a permis qu'il n'y ait pas de ligne blanche continue dès lors que la visibilité n'est pas suffisante pour réaliser un dépassement en toute sécurité ?

Evidemment, celui qui connait ce danger évitera la manoeuvre, mais quid de celui qui ne connait pas le danger ?

En cas d'accident, on dira encore que c'est la faute à la vitesse,  aux médicaments, à l'alcool ou à n'importe quoi pourvu qu'il n'y ait pas de remise en cause du fonctionnaire irresponsable qui aura laissé croire que cet endroit précis n'était pas accidentogène.

Ce qui est navrant (et je modère mon propos) c'est que ce scénario peut se reproduite en un grand nombre d'endroits rien que sur nos routes euréliennes. En suisse, ce ne sont pas des ingénieurs des Ponts et Chaussées qui dessinent les routes et fixent les règles, mais des cantonniers communaux, eux ont pour avantage de connaitre l'environnement local et savent parfaitement où se trouvent les dangers.

 

Autre situation, tout aussi aberrante : je roule à 89km/h en ville et me fais radariser : bilan, 135€ d'amende et 3 points de perdus. Je roule maintenant à 181 km/h sur une autoroute déserte (vu le prix des péages, il y en a de plus en plus) et je me fais radariser. Bilan : véhicule confisqué, correctionnelle, permis annulé, je suis un criminel.

Je ne pose qu'une seule question : lequel des deux est le plus dangereux ?

 

Vous en voulez encore ?

Histoire vécue : ma fille a passé son permis de conduire en été, à Paris.

Durant son pprentissage elle n'a pas roulé 1 mètre sur le périphérique. Pas 1 mètre de nuit, pas un mètre sous la pluie.

Aucun automobiliste ne prétendra que les règles de conduite sont les mêmes dans ces trois situations. Et pourtant.

Bien sûr, si l'on touche un trottoir en faisant un créneau, on est recalé direct.

Mais comme rien n'est prévu lors de l'examen pour la circulation dans les parkings, la première chose qu'elle a fait le jour de sa remise du papier rose fut de s'offrir un pillier et d'enfoncer deux portières.

 

Autre situation : je roule dans une "grosse berline" capable (données constructeur) de filer allègrement au delà de 200km/h ; ce véhicule est conçu pour faire face à des imprévus à haute vitesse : à 130km/h suis-je plus ou moins dangereux ou en danger dans ma berline que si je circulais dans une petite cylindrée pratiquement à la limite de ses possibilités à la même vitesse ? Si maintenant je dois dépasser un camion qui roule à 90km/h quand tout va bien, laquelle des deux voitures offre le plus de garanties pour réaliser un bon dépassement ? Et comment fait-on pour dépasser un camion sans se mettre ipso facto en excès de vitesse ?

Si l'on respecte scrupulesement le code de la route, il est interdit de doubler un camion sauf à se mettre en infraction. Débile, non ?

Vivez le conducteur frileux qui tente le dépassement en respectant les limitations : il lui faudra près d'un km pour réaliser cette manoeuvre à haut risque, je n'ose décrire ce qui se passerait si par malheur un véhicule se présentait sur la voie d'en face. Evidemment on accusera la vitesse. Une fois de plus.

 

Tout cela pour dire que OUI et encore OUI, j'approuve et je soutiens les mesures gouvernementales visant à enrayer la mortalité routière. Dans ces conditions, il est évident que je ne signerai pas la pétition qui circule en ce moment.

Mais, NON, je n'approuve pas que la répression soit la seule option. Une saine réponse pédagogique serait de supprimer les panneaux avertisseurs de radars, A CONDITION de placer un panneau "zône accidentogène" (ou équivalent) à chaque fois qu'existe un réel risque. Libre aux forces de l'ordre de contrôler  (et sanctionner) ou pas une fois les automobilistes avertis.

A condition de proposer autre chose que que des mesures "pompe à fric", même si la réalité est autre.

Apprendre la route... Autrement !

 

Dans ma vie professionnelle, on m'a sans cesse répété que l'important n'était pas ce' que je disais, l'important était ce que l'autre entendait !

Partager cet article

Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 14:23

Le gouvernement a pris une mesure courageuse en décidant de retirer les panneaux avertisseurs de radars.

Courageuse parce qu’impopulaire, extrêmement impopulaire, même, car les bénéfices de cette décision se verront à long terme, et si les prochaines élections ne donnent pas raison à l’actuelle majorité, ce seront les nouveaux locataires de l’Elysée et de Matignon qui récolteront les dividendes de cette opération. Une fois de plus. Et ils savent capitaliser sur le travail des autres, il suffit de se souvenir de l’inauguration en grande pompe du premier TGV entièrement décidé, financé et réalisé par l’équipe Giscard d’Estaing.

 

Courageuse mais mal présentée, parce qu’une fois de plus on ne fait intervenir que le volet répressif, alors qu’il y aurait tant à faire en matière de pédagogie, et parfois même à moindre cout.

Comme, par exemple, de décider que plus aucun véhicule neuf immatriculé en France ne pourrait l’être sans être équipé d’un régulateur de vitesse.

Comme, par exemple, favoriser la diffusion de véhicules équipés de boites de vitesses automatiques, ces dernières incitant à une conduite beaucoup plus souple, plus « cool »

Comme, par exemple, supprimer le mégotage ridicule de la lecture des relevés cinémométriques. 96 ce n’est pas 91, c’est 96 ! Tous les compteurs de voitures étant menteurs, aucun véhicule dont le compteur affiche 90 ne roule à 90, mais plus certainement à 85. Cela éviterait de lire et d’entendre que c’est « déguelasse » de se faire aligner à 91 pour 90 autorisés (ça marche aussi avec 51 pour 50).

Dès lors que l’on commence à pinailler, on perd l’habitude de l’objectivité. Pire, si on donne une main, on exige un bras !!

 

Mais il faudrait aussi remettre en cause la signalétique au sol, parfois aberrante et parfaitement accidentogène, réfléchir au double affichage des panneaux de limitation de vitesses, voire à l’utilité de certains panneaux stop aussi stupides qu’inutiles.

Bref, il faudrait autre chose que l’application aveugle d’une répression insupportable, alors qu’elle serait tolérée et pourquoi pas acceptée s’il y avait, en face, des changements propres à laisser penser que les automobilistes ne sont pas tous des bourrins qui ne comprennent que la trique, juste bons à remplir les caisses des finances publiques

 

Je crois profondément que les relations état/usagers seraient nettement améliorées si l’état prenait un peu plus la peine de se mettre à l’écoute des citoyens, ce ne sont pas tous des imbéciles, loin de là.

Et si on savait « moduler ».

Comme, par exemple, augmenter le capital points d’un jeune conducteur de 2 points par année sans infraction.

Comme, par exemple, aménager le code de la route pour tenir compte de la circulation des deux roues : un scooter qui circule à la bonne vitesse dans une voie de bus est bien moins dangereux qu’en train de louvoyer entre les files de voitures

 

Au lieu de cela, on constate avec effroi qu’il y a de plus en plus de voitures conduites par des conducteurs sans permis, soit qu’ils ne l’aient jamais eu, soit qu’ils l’aient perdu à coup d’infractions mineures mais répétées, avec toutes les conséquences sociales que la perte du carton rose peut engendrer.

 

 

Est-ce vraiment si difficile de faire appel au bon sens ?

 

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 10:54

Vos incessants démêlés avec l'Elysée ont chez moi, comme pour bien d'autres, suscité quelque intérêt à suivre votre dernière intervention.

Au delà de la colère provoquée par vos propos, c'est la consternation qui l'a emporté : vous qui vous voyez déjà comme le défenseur de la France, de sa grandeur et de sa notoriété, vous avez tout fait pour l'enfoncer un peu plus en attaquant d'une manière aussi mesquine un homme ainsi que la fonction qu'il incarne.

 

Lorsque l'on sait comment vous avez "planté" un président de la République en lui imposant quasiment une dissolution dont il n'avait nul besoin, lorsque l'on connait les commentaires suscités par un "brillant" discours à l'ONU, lorsque l'on se remémore les suites données à une loi destinée aux plus jeunes et à la manière dont ils l'ont accueillie, lorsqu'enfin on évalue votre légitimité populaire par vos brillants succès électoraux, on se dit que finalement l'homme que vous vous acharnez à démolir n'a rien à vous envier.

 

Alors continuez, monsieur de Villepin, oui, continuez : plus vous lui tapez dessus et plus il nous apparait comme sympathique.

 

MERCI.

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 23:41

J'entends dire tout et n'importe quoi, tous les coups sont permis du moment que l'on fait du "buzz" (parait que c'est à la mode...)

 

Aujourd'hui, il est apparu que la France n'était plus une démocratie, pârce que le gouvernement n'écoutait ni ne tenait compte des vociférations plus ou moins cohérentes venues de la rue.

 

A ce que je sache, il y a un président issu légitimement des urnes qui applique un programme, un gouvernement qui propose des lois et un parlement qui les vote.

Ce sont là les trois composantes fondamentales qui définissent une démocratie !!

 

A ceux là qui revendiquent une légitimité d'action bien que minoritaires, je rappellerai qu'en son temps, un obscur député fit scandale en proclamant à l'Assemblée "vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires !"

 

Eh bien, n'en déplaise à ce bavard, cela marche dans les deux sens et aujourd'hui, ce sont seuls ceux qui ont reçu la légitimité des urnes qui détiennent le pouvoir.

Les autres n'ont que le choix d'attendre leur tour lors d'une prochaine consultation électorale majeure ou la prise du pouvoir par le biais d'un coup d'état.

 

Enfin, aux experts comptables des chiffres fantaisistes des manifestations de rues, je vais être bon prince et accorder quitus aux estimations des syndicats. Trois millions.

 

La France compte un peu plus de 66 millions d'habitants.

Je retranche les mineurs et autres exclus du régime électioral, soit 50% (je fais large)

Reste 33 millions.

Je retranche ceux qui s'en moquent qui n'ont pas d'opnion, les assujettis à l'ISF ou aux bénéficiaires du bouclier fiscal (enfin... de ce qu'i en reste) soit 50% de plus.

Reste 17 millions.

Je retranche les 3 millions comptabilisés par la juste CGT, reste 14 millions

 

14 millions de personnes qui ne voient pas l'intérêt de bloquer un pays, au mépris le plus élémentaire du respect du droit au travail, ce qui fait plus de 4 fois le nombre d'agités.

Elle est où la majorité ? dans la rue ou au travail ?

 

Au lieu de fantasmer sur mai 68, les mécontents feraient mieux de promettre des lendemains sombres à la majorité au sortir des urnes en 2012.

Seulement voilà : s'ils ne le font pas c'est parce qu'ils sont bien convaincus que la partie sera loin d'être gagnée en 2012.

Parce qu'au plus profond d'eux mêmes, les Français savent bien que cette loi, si injuste qu'elle paraisse, est indispensable au maintien du système, et que d'ici la prochaine élection, ils auront pris le temps de comprendre où est leur véritable intérêt.

Si aujourd'hui les contestataires  poussent les plus jeunes dans les rues, c'est bien parce qu'ils savent qu'ils tirent là leur dernière cartouche, au risque de provoquer un embrasement incontrôlable, véritable régal pour les casseurs.

 

On ne gouverne pas avec ses fantasmes comme programme.

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 18:15

Voilà deux ans que cette boite à billets était en léthargie,votre serviteur a suivi en silence le bouleversement de notre société face aux crises internationales qui secouent la planète.

 

On pourrait croire que les Français se tiendraient les coudes pour faire front.

Mais là, face au déballage insipide orchestré par des politicards en mal de pouvoir et qui jettent l'huile sur le brûlot dans l'espoir de provoquer une crise de régime, il existe une catégorie qui s'agite plus que les autres et porte haut et fort le vent de la révolte.

Pensez donc ! il pèserait une menace sur leurs avantages acquis... en 2023

 

Aussi, au lieu de bêler bêtement, il serait bon d'en savoir  sur la catégorie de français la plus honteusement surprotégée par l'état, je veux parler, évidemment, des cheminots et consorts.

Histoire de bien comprendre les choses en posant clairement le problème, voici un résumé de la situation :

 

  RATP SNCF Régime général
Calcul de la pension Sur les 6 derniers mois de salaire. Sur les 6 derniers mois de salaire. Sur les 25 meilleures années dans le régime général et la totalité de la carrière pour les complémentaires.
Montant de la retraite garanti 100% 100% Non garanti !
Reversion Sans conditions Sans conditions A partir de 55 ans et sous conditions de ressources
Age légal de départ à la retraite après la réforme 52 ou 57 ans en 2023 52 ou 57 ans en 2023 62 ans dès 2018

 

Voilà donc pourquoi les cheminots sont en tête des mouvements sociaux. ll faut dire qu'un tel gâteau mérite qu'on le protège !!

 

Faut-il préciser que les comptes de la SNCF sont chroniquement dans le rouge ?

Faut il insister sur le fait (peu connu) que le régime général  aide à payer les retraites de ces nantis ?

 

Non contents de réclamer toujours plus, ce sont les payeurs de cette scandaleuse exception dans l'égalité (à la française) qui sont pris en otage par ceux là même qui risquent le moins.

 

Le titre de ce billet est-il exagéré ?

 

 

Accessoirement...

Jeter les jeunes dans la rue relève de l'inconscience, de l'ivresse démagogique :

- les jeunes mineurs sont sous la responsabilité d'adultes, parents en dehors des heures de scolarisation, chefs d'établissements pendant les heures de cours. En cas de pépin, le gouvernement sera-t-il responsable?

- je croyais que l'âge adulte était fixé à 18 ans, âge légal du droit de vote. Mais à 14, 15 ou même 16 ans ?

Faut-il abaisser l'age du passage au stade d'adulte ?

- Est-il crédible d'entendre des presque gamins s'interroger sur leur situation de retraités dans... 50 ans ?

Il me semble qu'ils auraient plus d'inquiétude à avoir sur leur situation PENDANT les 50 prochaines années

Alors que les soubresauts de la planète font que nous ne savons pas ce qui se passera dans les deux ans à venir ?

 

François Mitterrand a commis une vétitable folie en abaissant l'âge de la retraite, il était pourtant facile de prévoir ce qui allait se passer.

Pire, ce qu'il ne pouvait prévoir, c'est le spectaculaire allongement de la durée de vie. L'effet conjugué de ces deux facteurs fait que mécaniquement le système actuel ne peut plus fonctionner en l'état .

Heureusement, nous sommes en France, le pays des lumières, et nous avons des têtes pensantes qui savent que nous avons forcément raison à la face du monde.

 

Rose sera peut être la prochaine gouvernance, mais roses ne seront certainement pas nos lendemains. Triste !!

 

 

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 21:01
Un système financier mondial qui s'effondre, des banques qui mettent la clef sous la porte, autant de signes majeurs qui indiquent que la confiance a émigré sur une autre planète.
Chacun tente de faire de son mieux pour bloquer cette spirale infernale, idem pour la France.
Curieusement, les Français que l'on s'obstine à faire passer pour des irresponsables râleurs se sont plutôt bien comportés dans cette tourmente : n'en déplaise à quelques "visionnaires" de l'apocalypse (n'a t-on pas entendu sur Europe1 un défenseur des usagers des banques suggérer avec conviction qu'il serait judicieux que chacun se prémunisse en se dotant de 2 ou 3 mois de réserves en liquidités (et pourquoi pas stocker du sucre, de l'huile et du savon ?)), bref ces Français n'ont pas cédé à la panique, ils n'ont pas cru bon de rembourrer leurs matelas à coup d'Euros, ils se sont même permis de croire que les mesures proposées étaient de nature à restaurer un certain équilibre du système.
Dans cette agitation tous azimuts le Président, seul à la barre comme il se plait à le faire (hélas trop souvent à mon goût), a su prendre des initiatives saluées tant chez nous qu'à l'étranger.
Le moment idéal pour envoyer un signal fort à l'ensemble des citoyens lors d'un vote solennel. Tellement vrai que ce matin j'entendais sur Europe1 monsieur Ayraut affirmer que le PS s'associerait au plan soumis à l'Assemblée pour autant qu'il puisse s'exprimer.
Eh bien, il s'est exprimé... pour  mieux s'abstenir ! Franchement, pouvions nous nous attendre à une autre position ? Cela aurait signifié que le PS serait sorti, au moins une fois, de son cocon d'autosuffisance nombrilesque pour enfin penser aux Français avant de penser à qui pourrait devenir le nouveau chef de ce néant politique. Même Manuel Vals, qui avait pourtant exprimé son désir de s'associer au vote de la loi s'est opportunément trouvé absent au moment fatidique.  Courage, fuyons !!

En dehors d'un show médiatico-sinistre, rien, pas une pensée, pas une proposition, pas une idée, rien que du vide, sidéral, sidérant.

Dans quelques semaines se déroulera un autre show, que d'aucuns croient naivement être le congrès des idées : sera-ce madame Loyal l'animatrice de ce cirque Avare?

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 07:30
Les leçons de morale de monsieur Lebon (à chaque fois je me relis pour ne pas commettre l'irréparable tant j'ai du mal à l'orthographe de certains noms...), parfois on s'en amuse, parfois (souvent même), on s'en irrite.
Le dernier fait d'armes du candidat "malheureux" ne manque pas de piquant, le sieur s'offusque de ce que le nouveau député de la première circo se rattache, tout naturellement, au groupe parlementaire auquel il a appartenu mais qui peut l'appuyer dans ses démarches pour faire avancer les dossiers de sa circopnscription.
Je note qu'il a fait campagne sans étiquette particulière, et surtout qu'il n'a pas rameuté, lui, l'arrière garde des loosers de sa "famille" politique, venus faire leur promo en vue de leur prochain congrès. On connait la suite.
Mais ce qui est vraiment choquant, enfin, pour qui a encore un peu de sens moral qui coule dans ses veines, c'est que notre donneur de leçon oublie un peu vite que c'est grâce au non respect de sa parole qu'il a offert un siège inespéré à madame Fromont : n'est-ce pas ce même Lebon qui avait annoncé que s'il n'était pas dans les deux premiers au soir du premier tour des cantonales il se retirerait ? On connait la suite.

Si l'on se souvient des promesses non tenues de madame Vallet, on pourrait commencer à croire que trahir sa parole est une pratique de famille.

Quand l'Echo parle de candidat malheureux ne devrait-il pas plutot saluer la lucudité des électeurs ?

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 06:45
Je m'étais convaincu de ne pas prendre parti dans ce troisième débat, mais franchement, après ce que j'ai vu dimanche soir sur le site de l'Echo, je ne vais pas pouvoir me taire bien longtemps.
Car enfin,  au soir de ce premier tour, qu'y a -t-il comme soupe dans  la gamelle socialiste ?
Rien. le vide. Malgré la venue de trois "zélés fans" du PS, dont une tirée de son coma politique presque profond, la grande force de l'opposition arrive péniblement à dépasser 28%. N'importe quel candidat ferait profil bas, mais pas chez ces gens là !
Pour commencer on récupère les voix de la dissidence, comme si elles étaient acquises. Et rien n'est moins sûr, car la présence de G. Lemoine lors de ce scrutin était bien là pour marquer un désaccord de fond avec la ligne Lebon, et son représentant. Ces électeurs qui ont fait le déplacement vers l'isoloir, c'était à n'en pas douter pour exprimer avant tout le refus de ce Parti Socialiste. Alors, avant de faire imprudemment une addition pour se croire crédité de 45% de l'électorat de gauche, il serait bon de s'assurer d'un report sans faille des électeurs de monsieur Lemoine : on en pense ce que l'on veut, mais lui ne s'est pas fourvoyé dans des promesses bafouées sitôt tenues.

Ensuite on raille le score d'en face, se gaussant sur les seulement 47% de JP Gorges. Le maire de Chartres n'a pourtant eu besoin d'aucune gloriole nationale pour se faire mousser auprès d'un électorat passablement fatigué par ces pantalonades : il lui aura suffi de présenter calmement et sereinement un bilan remarquable et surtout un vrai projet pour les habitants de la 1ère circonscription pour que les électeurs sachent où se trouve leur intérêt. Il ne faut jurer de rien, mais je ne serai pas surpris qu'ils confirment ce choix dimanche prochain.

Enfin, pas un mot à l'intention des électeurs, pas plus de propositions, une pensée unique : dénigrer le gouvernement,  genre "élisez moi et j'irai arrêter Sarkozy, Fillon et Darcos". Traduisez : "élisez moi, le reste n'est pas votre problème".
Un peu court comme programme. Je n'ai pu retrouver aujourd'hui la vidéo qui passait dimanche sur le site de l'Echo. Il faut dire que la réaction à chaud du candidat de la gauche était tellement pitoyable que par charité il aura fallu la remplacer par une autre moins désordonnée, sans pour autant être plus crédible.
Je ne tire pas sur une ambulance mais monsieur Lebon n'a manifestement pas grand chose à dire. Si peu m^$eme que son maigre propos est débité dans un gargouillis mal assuré.
Enfin, presque tout ! Un point positif cependant : la voix retrouve sa force et sa stabilité chaque fois qu'il dit "votrez pour moi"

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, revoilà la dame des funestes 35 heures pour nous porter la bonne parole. On est pas fauchés.

Bref, tous les courants du PS rappliquent pour tenter un sauvetage.
Reste à savoir si ce ne sont pas les électeurs qui vont se sauver en courant.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 13:06
Amateur de brocantes et autres vide-greniers, je me suis promené dans le département hier et ai été extrêmement choqué, arrivé à Tréon, de me faire taxer d'un Euro pour pouvoir pénétrer dans l'enceinte du déballage.
Indépendamment du fait que le rackett est destiné à financer les équipements du club de foot local, dont je n'ai strictement que faire, l'idée de faire payer une entrée est contraire à l'esprit de ce type de manifestation (du reste, j'ai pu noter le mécontentement LEGITIME de certains exposants qui ne connaissaient pas cette pratique), mais le plus scandaleux est  que l'information était suffisamment bien faite pour que je sois, comme d'autres pigeons, mis devant le fait accompli après avoir parcouru une trentaine de kilomètres (le double avec le retour à Chartres).
Le coup du 1€ qui sert d'étalon en deça duquel il convient de ne plus descendre m'horripile, c'est oublier que l'euro nouveau se "négocie" comme jadis le 1Fr, cela ne fait jamais que 650% de plus.

Bien évidemment le village de Tréon est désormais rayé de ma carte, tout comme je le ferai pour tous les VG qui pratiqueront de la sorte, il semblerait que cette pratique tende à se multiplier dans le nord du département

On m'aurait taxé pour envoyer un don à une oeuvre humanitaire quelconque, j'aurais pu comprendre tout en appréciant pas que l'on me force la main, mais pour mettre des sous dans la caisse d'une asso locale, franchement, ça ne passe pas.

Ce genre de dérive annonce la mort des vide-greniers, il y en a de plus en plus, tellement petits qu'ils n'ont guère de pouvoir attractif, en plus s'il faut payer pour voir... !!

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 00:39
Puisque je vais m'éloigner de mon écran pour quelques jours (ça passera inaperçu), je ne puis laisser passer la bonne nouvelle de la mise en ordre des "forces de gauche". Lebon plébiscité, déjà fallait le faire, si l'on se souvient que c'est à lui et à lui seul qu'Elisabeth Fromont doit sa place de conseillère, lui qui avait promis de se retirer s'il n'était pas dans les deux premiers. On connait la suite... Faut dire que côté promesses bafouées, il était à bonne école.

Mais le mieux restait à venir, c'est maintenant fait avec la résurrection de G Lemoine qui n'a décidément pas envie de jouir d'une retraite bien méritée. Candidature à la mode soc, c'est à dire contre. Lemoine n'a que faire des euréliens, il ne souhaite qu'affronter Lebon, avec la perspective non dissimulée de le conduire à l'échec, histoire de le punir pour sa conduite lors des cantonales. Et comme le vieux singe* a plus d'une grimace dans son sac, le jeune homme aux dents qui rayent le parquet n'a qu'a bien se tenir, il ne sait pas si la soupe sera bonne, seule certitude, elle sera chaude, très très chaude...

Et moi qui croyais que ce troisième tour de législative allait nous plonger dans un ennui quasi mélancolique !!


* (à prendre comme une allusion proverbiale, sans visée personnelle)

@+

Partager cet article

Repost0

Articles Récents