Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un nouveau blog local ?

Oui, parce que celui-ci a pour unique objectif de permettre un échange d'idées sans aucune autre  censure que le respect d'autrui et des règles de bienséances.

J'ai mes idées, vous avez les votres, ce sont peut être les mêmes, elles sont peut être diférentes.
Mais qu'importe, l'essentiel n'est-il pas de pouvoir les échanger ?

Alors... trempez vos plumes, même dans l'acide  !! ;-)

Recherche

25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 20:51
Une alliance PS/PCF au second tour ?

Je ne sais pas... en tous cas ce serait un Buffet Royal :

(contribution à Nonime )

Partager cet article

Repost0
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 01:00
Les  électeurs sont comme des balles de ping-pong que se renvoient Ségolène et Nicolas, avec le filet François au milieu...
Les sondages comptent les coups, les renvois, les feintes, les bottes secrètes, les blocages du rideau central.
Les Français prennent le filet comme un troisième joueur...
Mais de mémoire de pongiste, on a jamais vu la balle rester sur le filet !
La balle retombera donc d'un côté ou de l'autre, le filet devra donc choisir à quel camp il accordera le point.


Faut-il que  la France place sa confiance dans la raquette ou dans le filet ?

Partager cet article

Repost0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 16:47
J'ai reçu ce we un message du dénommé fidelio, apparemment blogueur sur différents espaces locaux. Il se plaignait d'avoir été censuré sur le blog de Monsieur Farion en répondant à propos de qui payait les transports en commun. Je suis allé voir le fil en question et ai décidé de reproduire le texte censuré, parce que, quand bien même je ne l'aurais pas rédigé dans ces termes, encore que... Brel et Brassens les ont si bien chantés qu'ils en sont tout honorables.
Je reproduis donc, in extenso, le post en question et son mot d'accompagnement :

"Monsieur maxtor, vous avez ecri que vous avez fait votre blog parce que on vous avait censuré. Moi aussi, mais je vais pas fabriquer un blog pour ca, je me dis que puisque vous etes pour la liberté d'expression, vous mettrez mon message sur votre blog.
J'ai mis ce qui suit sur le blog de monsieur Farion et ça a ete censuré. Le lendemain j'en ai remis une couche disant que c'etait pas cool,  ça a été viré aussi !!
J'ai d'abord pense que si j'avais eté censuré c'est parce que j'avais mi trois fois le mot con, mais je crois que c'est juste que il y a des verites qu'on aime pas savoir.Merci

<< Qui paie (10032007

Ben moi je suis pas trop tribuable, mais suffisamment con pour ne rien comprendre à tous vos trucs.

Encore une fois vous faites joujou dans votre cour des grands et vous croyez vraiment que le petit peuple qui n'a pas été aux écoles comprend quelque chose à votre jargon pseudo spécialiste ?
Si c'est ça la politique espliquée au petit peuple, c'est pas gagné !

Vous réjouissez pas trop parce que je me qualifie de con, ça serait trop facile. Mais surtout oubliez pas que le con que je suis dispose du meme bulletin de vote que le votre, et comme ces salades ne m'interessent pas, le jour venu je m'empresserai de faire une connerie de plus... à vos depens
He oui >> "

Pas de quoi fouetter un chat, du moins c'est mon point de vue, et je trouve assez pleine de bon sens la réflexion selon laquelle le citoyen de base a autant de pouvoir que l'expert une fois seul dans l'isoloir. Il faudrait que nos politiques de tous bords s'en souviennent, ce qui est énoncé clairement se comprend aisément... et facilite le choix du bon bulletin !

Partager cet article

Repost0
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 12:51
Je me faisais la réflexion que le coup de barre à gauche impulsé par notre dame en blanc était un risque aux conséquences mal calculées.
En fait, j'étais loin du compte !
En effet, en abandonnant à la friche la terre centre-gauche au profit de la caillasse de l'extrême, il en est qui n'aura pas mis longtemps à saisit la perche qui lui était miraculeusement tendue. Le Français étant peu enclin à l'extrémisme (son histoire passée lui rappelle que chaque incursion dans ces contrées s'est terminée dans le sang...), François Bayrou est soudain apparu comme "LA" solution : ni trop à gauche ni trop à droite, mais ni à droite et ni à gauche. Le parti idéal en quelque sorte.
Et les sondages, inexorablement, semblent lui donner raison.
Les premiers perdants dans tout cela sont les socialistes soudain devenus trop rouges aux yeux des amoureux du rose (pâle).

Mais le pire est à venir. Non pas du fait de l'homme, parfaitement estimable au demeurant, mais du fait de l'idée qu'il se fait d'une démocratie qui ne s'appuie sur aucun parti.
Constat 1 : toutes les grandes démocraties fonctionnent sur un mode bipartiste. Les analyses faites pour comprendre ce modèle ont toutes abouti à une même conclusion : seul le bipartisme apporte la stabilité nécessaire à une saine gouvernance.
Constat 2 :  l'Italie qui fonctionne selon une méthode de coalitions nous apporte la preuve que cette approche relève plus du folklore que de l'efficacité gouvernementale (ce qui n'enlève rien à l'estime et l'amitié que l'on peut avoir pour nos voisins transalpins, et je suis du nombre).
La France a connu également ces heures de gloire, il aura fallu attendre 1958 et la V° République pour cesser de voir des gouvernements débarqués le jour même de leur investiture.
Constat 3 : Les élections législatives étant fort proches de la présidentielle, les Etat-Majors n'auront ni le temps ni l'envie de se saborder pour plaire au nouveau président du centre. Certes il y aura des élections surprises et, en étant généreux, on peut estimer (à la louche) que l'UDF nouvelle recueille +/- 200 sièges, ce qui serait un très honorable score.
Mais parfaitement insuffisant pour gouverner seuls. Il faudrait donc se résoudre  à composer, trois hypothèses :
1) Dissoudre immédiatement l'Assemblée nouvelle afin de tenter de dégager une majorité solide. Hypothèse peu probable avant la rentrée de septembre, une élection pendant les vacances d'été étant vouée à l'échec.
2) Gouverner adossé à la gauche.
On imagine aisément l'accueil réservé à celui qui aura fait chuter le PS, rééditant "l'exploit" de 2002. Monsieur Bayrou sera alors l'otage du PS et devra en passer par le bon vouloir des socialistes pour monter un gouvernement.
3) Gouverner avec la droite.
Comment imaginer un pacte avec le traitre ?
Une réflexion annexe vient s'ajouter à la première : que vaut monsieur Bayrou comme président ? Car enfin, il n'a aucune expérience internationale (je ne parle pas de compétence), et en matière nationale, en dehors d'un passage plus que discret  (et  largement critiqué) à, l'Education Nationale, on l'imagine tranquillement assis sur une botte de paille (allusion à ses origines terriennes) pour nous réciter son programme en six points.

Une seule certitude : si Bayrou est au second tour, à moins d'un évènement exceptionnel il remportera la mise : Bayrou/Royal, la droite ne votera pas pour le socialisme; Bayrou/Sarkozy, la gauche ne refera pas 2002 et ne votera pas Sarkozy.
Refuser le vote centriste n'est pas s'opposer à un homme mais simplement refuser une partie d'échec qu'il faudrait mener les yeux bandés. Et le seul qui dispose d'un programme clair correspondant à l'attente d'une majorité de Français...
A condition de dépasser son réflexe naturel
 

Partager cet article

Repost0
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 13:45

En réponse à un fil que j'ai lu hier et qui renvoyait dos à dos les équipes Sarkozy et Royal, il me semble qu'il y a bien une différence entre les deux  : d'un côté on s'est chamaillé avant la désignation du candidat, ensuite tout le monde a marché du même côté, alors qu'en face, une fois investie, madame Royal s'y est crue un peu trop vite, a superbement ignoré ses anciens concurrents, a voulu tout régenter, s'est superbement plantée au point de voir sa cote dégringoler au fil des sondages (même s'ils sont à manipuler avec prudence...) Elle doit maintenant subir l'affront de la reprise en main de la campagne socialiste par des socialistes purs et durs (les "éléphants") qu'elle dédaignait il n'y a pas si longtemps encore.

Et pour que Jospin s'en mêle alors qu'il n'a jamais fait mystère de son opinion pour madame Royal, c'est qu'il y a le feu dans la crèmerie.

Cela veut dire que madame Royal n'est plus qu'une coquille dans laquelle on a replacé le programme du PS. Avec une interrogation majeure : comment faire la synthèse de tous les courants qui ont conduit à cette primaire qui comptait quand même au moins 5 candidats (ne pas oublier Lang et Chevènement).

Nous voilà revenus au bon vieux temps de la gauche plurielle, sauf que cette fois elle est plurielle avec elle même, sans verts, sans extrême gauche, sans PC, juste avec, en prime, Bayrou qui chasse à découvert sur ses terres, tentant de séduire la gauche "libérale" que notre éminente candidate a repoussé pour tenter de gratter des électeurs chez Besancenot et consorts.

Souhaitons lui d'avoir fait le bon choix, tous les électeurs français n'étant pas énarques pour comprendre cette stratégie.

Sarkozy n'est peut être pas le candidat idéal, il a au moins le mérite d'être clair et de ne pas voguer au gré des états d'âmes d'une arrière garde de perdants

 ----------------------------------------

On est loin des belles paroles sur le changement et la politique autrement : le congrès d'Epinay n'est pas si loin.

Dans cette démocratie nouvelle, il faut traduire participative par participation active des caciques du PS !

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 14:23

Bien sûr les médias minimisent, mais cela n'empêche pas le constat : ça tangue du côté de la candidate socialiste, et le doute est permis.

Inutile de revenir sur le voyage en Chine, tout a déjà été dit, même si on a peu insisté sur l'attaque lancé à l'encontre de notre justice (qui n'avait pas besoin de ce coup de pied de l'âne pour aller mal),


Plus préoccupants sont les derniers évènements (trois) chronologiquement les propos du premier secrétaire relatifs à la hausse programmée de l'impôt, l'officialisation de l'ISF du couple Hollande-Royal et le panpancucu qu'a subi le trublion Monterbourg.


Il est admis qu'il y a des abus en matière fiscale et qu'ils doivent être corrigés, soit. Mais :

1/ Ils sont fort peu nombreux,

2/ Ils touchent essentiellement des personnes qui ont les capacités d'intervenir dans le domaine économique, car ce sont eux qui possèdent les capacités d'investissement. Qu'on aime ou pas, c'est un fait, que les socialistes estiment pouvoir contrer par l'investissement public, c'est à dire par l'accroissement de la dépense publique, or nous sommes déjà le pays qui détient le plus grand nombre de records dans ce domaine : d'où la question : avons nous vraiment besoin d'accroitre notre avance ?

3/ Toutes les études faites sur ce sujet ont abouti à une même conclusion : prendre l'argent aux riches pour le redistribuer aux pauvres est une mauvaise solution, d'une part parce que l'appauvrissement des premiers ne parviendra pas à enrichir les seconds, ensuite parce que ce serait tuer tout esprit de conquête (il suffit d'attendre), et enfin parce que supprimer la capacité d'investissement à ceux qui la possèdent provoquerait irrémédiablement la faillite du pays,

Il n'existe plus que deux ou trois pays dans le monde qui appliquent encore cette méthode (dont la Corée du Nord et Cuba) ils ne survivent que grâce à la charité internationale et à la terreur imposée par les dictateurs qui les dirigent.

On peut comprendre le silence gêné de la candidate, coincée entre l'idéologie socialiste et le besoin de plaire aux futurs électeurs, quand bien même elle s'en défend.

Au passage il est intéressant d'apprécier le croche pied fait par François à Ségolène... Ca promet !


A propos de l'ISF...

Personnellement (mais ça n'est que mon point de vue), je n'ai rien contre la fortune et les assujettis à l'ISF. Y compris s'il s'agit de la candidate socialiste à la présidence.

Dès lors que le patrimoine a été régulièrement acquis, il n'est pas nauséabond et l'ISF est normal (même si c'est un impôt stupide) tant qu'il est légal.

Par contre, ce qui choque (et surtout à gauche) c'est que sans fournir la moindre indication sur la réalité de leur situation patrimoniale la candidate et son compagnon aient, dans un bel ensemble, exprimé leur aversion envers les riches.

Cela, en Français populaire, s'appelle cracher dans sa soupe. Et ce n'est pas bien.

Accessoirement il y a là la répétition du mensonge à la sauce socialiste comme l'a si bien exprimé François Mitterrand. Cela voudrait-il dire que la bonne moralité est l'apanage exclusif des petites gens ?

En face, ils nous épargnent au moins de nous faire avaler qu'ils lavent plus blanc.


Et enfin, en ravissant point d'orgue, saluons la dernière prestation de la dame en blanc qui a puni son cheval fou en le privant d'avoine un mois durant (tout en ne sanctionnant pas Frêche, mais il est vrai que les électeurs, c'est comme l'argent, ça n'a pas d'odeur...

Ce genre de pitrerie est-il admissible pour qui brigue la première place ?

Soyons raisonnables : soit il a commis une faute et il doit être éjecté, soit il a osé dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas et il doit être remercié pour son courage et sa lucidité.


En réalité, je crois que la gauche vient de prendre conscience qu'elle n'avait pas grand chose à proposer et lance ses scuds n'importe où en espérant que l'un d'entre eux finisse sa course ivre sur la tête d'un adversaire.

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2006 6 30 /12 /décembre /2006 19:57
On connaissait la lime à épaissir qui est demandée à tout bon apprenti par ses professeurs de mécanique.
J'avoue que la ville de Chartres a su faire mieux encore : le parking moins cher qui nous coûte plus.
Et je dois admettre qu'il faut un aplomb certain et un culot  hors normes pour nous expliquer que la hausse des tarifs va nous couter moins cher... à condition de ne pas rester dans le nouveau sous sol branché de la ville.
Mais moi qui ne suis pas énarque, ni comptable (sauf de mon porte monnaie) et encore moins acrobate, je constate que si je reste une heure, ça me coute 1.50 € et si je reste 2h ça me coute dorénavant 3.30 €

Il y avait un scandale à corriger : cesser de nous imposer toute heure entamée comme due dans son intégralité. Parce que ça c'est du racket, pas seulement chartrain puisque ça se pratique un peu partout en France et que les pouvoirs publics ne semblent pas s'en émouvoir outre mesure. Ce qui revient à dire que toute velléité de stationner dans ce ventre de béton ne saurait en aucun cas être inférieure à 1.50 €.Pour les nostalgiques, ça fait quand même dix balles !
Eh bien, rien n'a changé, pour que la nouvelle tarification soit moins douloureuse que l'ancienne, il faut squatter l'endroit au moins 3 heures.

C'est quelque part nous prendre pour des ânes.
Je ne vois pas qui pourra défendre une telle position, la mairie fait tout ce qu'elle peut pour donner raison à l'Adicca. Et bon sang que je n'en avais pas envie.

Souhaitons que la lumière de 2007 éclairera nos élus pour qu'ils soient un peu plus à l'écoute de nos aspirations et pas nécessairement de ce qu'ils croient être nos aspirations.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 22:23
En cette veille de Noël, je souhaite avant tout remercier toutes celles et ceux qui ont pris le temps de parcourir ces pages et parfois de répondre ou de commenter, qu'ils soient adversaires ou amis de mes points de vue.
Et à toutes et tous, peut être surpris de mon long silence (surcharge de travail en cette période), qu'ils se rassurent, je reviens plus que jamais, mais en attendant je profite de l'instant pour présenter à chacun mes souhaits les plus sincères d'heureuses fêtes de Noël et de fin d'année, et mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année qui s'approche, pour vos proches comme pour vous.

Joyeuses fêtes.

Maxtor
(persiste et signe)

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 09:10
Pourquoi je n'écris plus dans la piquouse...

Depuis quelques jours j'ai cessé de m'exprimer dans ce blog parce que le ton choisi par les participants me déplait de plus en plus.
La cerise sur le gâteau, je la reproduis ci-dessous, elle devrait se passer de commentaires.



"La rupture tranquille"
"Le mouvement immobile"
"Le pompier incendiaire"
"J'ai les dents qui creusent des sillons dans le parquet"
"Hais ton prochain"
"Dénonce ton voisin"
"Sois riche ou crève"
"Véritable ersatz lepéniste, 100% pur sucre"
"Je remercie les journalistes qui se bousculent pour me servir la soupe"
"Liberté, Egalité, Fraternité : NON ! Prison, Privilèges, Kärcher : OUI !





 

Les options proposées sont haineuses, en tous cas indignes d'un lieu qui se veut démocratique. Ne pas respecter un candidat à une élection est ne pas respecter la démocratie qui permet le choix. Et cela, je ne puis l'admettre. Même si mes options personnelles ne vont pas dans le sens proposé par madame Royal, et ce n'est pas un scoop, à aucun moment je n'oserais utiliser un pareil vocabulaire pour affirmer mon refus de ce choix.
Cela dit, il ne faut pas non plus en faire un drame, d'une part ce blog n'est pas si visité et si influent qu'il le prétend (52 votes exprimés) et d'autre part les auteurs de ce "sondage" en sont pour leurs frais, l'option la plus choisie, au moment où je rédige ces lignes (10h30) est celle retenue par le candidat Sarkozy désaveu.

 Ce gâteau n'est décidément pas comestible.

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 16:34

Primaire

P1 Abandon immédiat de toutes les méthodes pédagogiques qui ont démontré leur inefficacité dans l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du calcul élémentaire.

P2 Apprentissage de la dactylographie dès l'école primaire.

P3 Systématisation de l'apprentissage des règles élémentaires de circulation urbaine dès l'école primaire.

P4 Redéfinition du temps consacré aux matières, avec un minimum de 30% du temps pour le Français et 25% pour le calcul et l'arithmétique.

P5 Apprentissage obligatoire d'une langue étrangère : anglais, espagnol, allemand (au choix)

P6 Réintroduction d'un examen d'évaluation des savoirs à la fin du cycle primaire proposant trois options :

a)  Redoublement de la dernière année de primaire dans un cycle spécial de mise à niveau.

b)  Passage au collège pour un cycle de deux ans devant se poursuivre par un enseignement technique. A la fin de ce cycle, l'élève pourra demander à passer un examen d'évaluation servant de passerelle pour rejoindre la filière classique.

c)  Passage normal au collège dans la filière d'éducation classique.

P7 Réintroduction de l'instruction civique obligatoire dès le primaire, foncé sur l'apprentissage des institutions et des citoyens. A choisir entre dix minutes par jour et une heure par semaine, ma préférence allant vers la solution quotidienne.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents